Voeux de la Présidente

Bonsoir à tous et merci d'être aussi nombreux à avoir répondu présents.

  • Chaque début d’année, il est d’usage de souhaiter les vœux.

Je vous présente donc mes meilleurs vœux et ceux du CA pour cette nouvelle année.

Reprendre notre destin en main avant qu'il ne nous échappe : telle est l’urgence de 2013.

Nous devons rester  solidaires pour relever les défis qui nous attendent.

Ce qui me bouleverse aujourd'hui, c'est que les économistes ont oublié l’entreprise dans leurs discours et de ce fait le débat actuel autour de l’entreprise est si pitoyable. Et pourtant Entreprendre est un phénomène créateur de richesses économiques et sociales.

Nous sommes identifiés souvent comme des individus « extra-ordinaire ». Nos vécus, nos expériences, notre dynamisme, notre opportunisme, nos facultés d’adaptation …, conjugués avec la création de valeur que nous engendrons, sont autant de particularités qui participent au dessin éloquent de l’entrepreneuriat.

Dans un environnement économique globalisé, où innovation et  flexibilité sont des facteurs clés de réussite, jamais le rôle des entrepreneurs n’a été aussi important et jamais, nous n’avons dû faire preuve d'autant de résilience. Et pourtant, les dirigeants de PME ou d’ETI sont le "sang neuf" de notre économie. Créateurs, repreneurs ou héritiers, nous innovons, stimulons l’activité, créons des emplois et contribuons largement à la croissance et la prospérité de nos territoires et cela même au-delà de nos frontières. Néanmoins, dans notre pays, quelle que soit l’époque, la situation économique ou la tendance politique, les entrepreneurs et l’esprit d’entreprise restent  trop peu valorisés.

Les entreprises familiales en particulier, maillon essentiel de notre tissu économique, doivent impérativement être préservées face à un environnement réglementaire et fiscal toujours plus contraignant.

Plus que jamais, nos politiques ont le devoir de nous écouter et de comprendre ce que nous étions hier, ce que nous sommes  aujourd’hui afin que leurs actions sur la société nous permettent de construire une économie vigoureuse pour que nous puissions continuer à jouer pleinement notre rôle demain.

Mettre à l’honneur l’esprit entrepreneurial, c’est aussi mettre à l'honneur l'audace, le courage, l'innovation et l'envie qui nous caractérisent.

S’il n’existe pas de "gène de l’entrepreneur", il ne fait aucun doute que les moteurs de l’entrepreneuriat  se trouvent dans nos  caractéristiques communes : un goût prononcé pour l’indépendance, la volonté de saisir les opportunités et d’affronter de nouveaux défis.

A cet égard, plusieurs études ont en effet montré que la prise de risque a tendance à être dissuadée en France en raison de notre relation culturelle à l’échec. Dans notre pays, plus que dans d’autres nations du G20, les entrepreneurs estiment que la moindre faiblesse  est perçue par le milieu des affaires et la société en général comme un handicap majeur pour de futurs projets d’entreprise.

Aujourd’hui, la conquête se fait à la force du poignet. Le contexte de crise qui nous tenaille est toujours marqué par l’incertitude mais j’ai néanmoins le sentiment, notamment au travers de mon implication au sein de l’AIBT  que la côte de popularité des entrepreneurs remonte.

En effet, les grandes structures apparaissent comme moins attractives et on rebat les cartes du jeu économique. Les PME et les ETI, offrant plus de souplesse, permettent de nouveaux challenges, comme celui d’être plus près des consommateurs et davantage dans "le vrai".

Mais ça nous le savions déjà…

Tout cela apporte une nouvelle liberté, une réponse aussi à la quête de sens, chère aux plus jeunes générations.

La crise donne ainsi corps à de nombreuses initiatives, individuelles et collectives : on prend plus de risques, on crée plus. Mais c’est une véritable remise en question de notre rôle, de notre fonction et de nos entreprises.

Vitalité, espoir et passion sont les trois mots qui m’inspirent pour 2013

Tous les signaux faibles, certes, que je perçois nous indiquent une nouvelle voie. Si la crise nous a permis de prendre conscience d’une chose, c’est que nous ne sommes pas le centre du monde. Il faut néanmoins s’adapter, changer de modèle, et il devient nécessaire pour les entreprises de s’inscrire en rupture avec les paradigmes existants. D’autres modèles sont possibles, comme celui de rendre le monde simple.

Mais attention aux réflexes de prudence que nous imposent le diktat de la finance : dans cette période de crise économique, tout nous pousse et je le comprends fort bien, à être de plus en plus focalisés sur le court terme complétement antinomique avec la vision d’un entrepreneur. C’est pourtant dans ces périodes qu’il faut garder à l’esprit qu’il n’y a pas de présent sans futur.

Souhaitons que pour les vingt prochaines années, l'envie, la passion et l'audace demeurent pour  nous entrepreneurs le moteur de notre ambition.

Souhaitons que rapidement les thèmes suivants objet des nouvelles assises de l’entreprenariat  puissent aboutir sur des actions concrètes.

  1. Diffuser l’esprit d’entreprise auprès des jeunes : si on veut que les jeunes entreprennent, il faut d’abord convaincre les enseignants que les entreprises sont nécessaires !
  2. Asseoir un cadre fiscal durable pour les entrepreneurs
  3. Mobiliser tous les talents pour la création d’entreprise.
  4. Proposer de nouvelles sources de financement
  5. Stimuler toutes les formes d’innovation
  6. Offrir à l’entrepreneur un  accompagnement global et sur mesure
  7. Réussir la projection des entrepreneurs à l’international
  8. Inventer l’entreprise de demain

Car la passion d’entreprendre nous prend et éprend avec une force irrésistible qui doit nous faire oublier les contraintes de notre situation.

Elle est cette énergie inépuisable qui nous pousse presque malgré nous à aller toujours plus loin.

Entreprendre  est passionnant et cela nous correspond.

Quand bien même l’horizon à atteindre peut parfois rester incertain, c’est bien le sens donné à l’action et la motivation du collectif qui permettront à l’entreprise et à l’entrepreneur de surmonter les difficultés.

Au sein de l’AIBT, nous nous attacherons pour 2013

  • A rompre l’isolement : Il n’est pas toujours simple de prendre les bonnes décisions lorsque l’on est seul à la tête de son entreprise.

Nous échangerons les bonnes pratiques et partagerons nos expériences.

  • A nous enrichir intellectuellement en participant à des réunions animées par des experts,  témoignages d’entrepreneurs aguerris.
  • A valoriser les compétences du territoire à travers entre autre le site Internet animé par le comité WEB nouvellement constitué.
  • A Créer des liens pour faire du business En effet, en rencontrant régulièrement d’autres entrepreneurs nous pouvons développer notre réseau relationnel et ainsi accélérer considérablement les prises de contacts. Mais un réseau ne se construit pas en quelques semaines, il faut faire preuve de patience, d'assiduité et de volonté.
  • A Engendrer de la Générosité

Travailler en réseau, c’est savoir donner du temps, des conseils, mettre des contacts en relation, sans en attendre forcément des retombées immédiates.

  • Et être une Communauté d'action : l'union fait la force… et l'efficacité.

L'AIBT veut faire entendre la voix des entreprises auprès de toutes les instances qui ont une influence sur leur activité économique, directement ou indirectement. Particulièrement, l'AIBT veut être une "table neutre" dans les échanges entre entreprises locales et pouvoirs publics.

L'AIBT prône un échange direct, régulier, et convivial entre ses membres. Comme dans nos entreprises, le moteur, c'est l'humain

L'AIBT veut s'appuyer sur les points forts du département et ceux du Parisis en devenir.

Vous n’êtes pas sans savoir que le PARISIS s’est élargi à 10 communes. Nous souhaitons que le PARISIS devienne un véritable territoire de l'entrepreneuriat et de l'innovation.  Nous ne négligerons pas non plus le dynamisme de l'entrepreneuriat étudiant, dans ce sens  nous avons entamé une collaboration entre les établissements d'enseignement supérieur et les collectivités départementales.  Espérons que nos  partenaires institutionnels et financiers du territoire nous suivent dans cette voie.

L'AIBT est prête et s’est organisée en conséquence mais nous en reparlerons lors de notre assemblée générale…

2013 sera probablement encore une année de croissance et d’action pour l'association. Tout du moins souhaitons-le.

En conclusion

Le XXI e siècle nous propulse avec brutalité hors du « domaine de vol » de notre gestion des risques, de notre gestion de crise, et même de notre gestion » tout court.
Nous voici confrontés aux montées des extrêmes, aux contaminations foudroyantes, aux cristallisations rapides, à l’inconnu…

Plus déstabilisant encore : la perte de nos fondamentaux  (climat, économie, conflits…) ouvre sur des instabilités et décrochages systémiques

Le monde a muté, n’escomptons pas qu’il se normalise. Il nous faut inventer….

LES DIRIGEANTS doivent passer DU DÉNI À LA STRATÉGIE en cela l’AIBT peut vous aider.

Nos entreprises doivent sans cesse s'adapter aux défis de la concurrence, des évolutions réglementaires et de la performance opérationnelle.

Chacun d'entre nous devons innover en termes de stratégie, de tactiques de mise en œuvre, de transformation des procédés et des processus.

Plusieurs dispositifs existent au niveau du département et de la région. N’hésitez pas à nous contacter.

Les actions entamées par l’association vont dans ce sens, comme le financement d’une opération GPEC 360° sur l’année 2013 pour 15 entreprises du territoire de l’AIBT

Ce programme se veut concret, il permet à tous d'appréhender des problématiques de stratégie et les solutions à développer pour y répondre.

Alors j'ai envie de dire;

Car nos cœurs d’entrepreneurs battent au rythme de nos passions je vous souhaite pour cette année 2013 réussite dans tous vos projets.

Réf. 685